Atelier sur « ripostes contre l’extrême droite » à l’UE de Dijon

image

Je souhaiterais débuter mon propos sur le national populisme et le Front National par le récit d’un déplacement que j’ai effectué l’année dernière à Béziers.

Robert Ménard, maire de Béziers, connu pour ses coups médiatiques, avait multiplié les attaques contre les réfugiés et nos compatriotes musulmans.

Nous avions alors tenu une réunion avec les associations de défense des Droits de l’Homme et une autre avec une famille de réfugiés syriens, en présence des militants du Parti Socialiste.

Enfin, je m’étais rendue à une manifestation de soutien à celles et ceux qui font l’objet d’attaques injurieuses de la part de Robert Ménard. A la fin de la manifestation, j’avais pris la parole pour dénoncer l’image rétrécie et rance d’un maire élu par le Front National.

J’ai alors pu rappeler ses méthodes et souligné ses multiples manquements :
– A la France, terre d’accueil par excellence;
– A la République, en insinuant qu’il y a des français de 1ère classe et de 2ndeclasse
– A ses engagements démocratiques trahissant les principes de RSF pour porter ceux de MLP.

Béziers, avec Robert Ménard, est ainsi passée d’une ville culture à une ville tourmentée par l’idéologie du rejet de l’autre sans pour autant que les vrais problèmes de la ville ne soient résolus, que ce soit sur le développement économique, sur le chômage ou la revitalisation du centre ville.

Deux semaines après ce déplacement, j’ai reçu un courrier de Robert Ménard m’accusant d’avoir manifesté avec des islamistes et que les services de l’Etat en étaient informés.

1/ C’est quoi le FN ?

Le Front National n’est pas seulement un mouvement d’ extrême droite qui aurait réussi en surfant uniquement sur la vague national populiste « tendance islamophobe » ou un parti à part sur la scène politique française de par son histoire, son rapport à la République et son discours sur les immigrés.

Il s’agit aussi d’un parti qui se nourrit des crises que subit notre monde occidental sur le plan économique, social et culturel.

2/ De quelles crises s’agit-il ?

En évoquant les crises, il ne s’agit pas d’une crise mais d’une conjonction de crises :

– une crise économique et sociale, qui provoque la détresse des classes populaires, qui ne se retrouvent pas dans la mondialisation et subissent l’accroissement des inégalités. Une crise qui est également accentuée par la révolution numérique et l’ubérisation de notre économie qui détruit l’organisation traditionnelle de l’entreprise ;

– une crise géopolitique, où le monde est chaque jour rendu plus instable et volatile par la multiplication des guerres et la prolifération du terrorisme ;

– une crise écologique, ou plutôt la multiplication des crises dues au dérèglement climatique, et à la pollution de l’eau, de l’air et des sols.

⁃ une crise d’identité caractérisée par un sentiment de perte d’identité sur fond de conflit de civilisation avec l’islam.
Ces crises se sont amplifiées avec la pression migratoire de ces dernières années.

3/ Mais en réalité quelles sont les recettes du national-populisme sur lesquelles campent le Front National ?

Le national populisme, plus ou moins xénophobe et le discours antisystème trouvent des réponses :

– dans le repli sur soi (sur le plan social et sociétal), qui a fait le succès du oui au Brexit, de la victoire de Trump aux États-Unis et de l’extrême droite en Autriche ;

⁃ en appelant à en finir avec la mondialisation (sur le plan des échanges commerciaux), en dénonçant les traités commerciaux et en exigeant des barrières douanières élevées ce qui rendrait notre économie plus dynamique et nos entreprises plus solides ;

⁃ dans l’augmentation des investissements publics (sur le plan économique) ;

Sans doute ce simplisme a t’il le mérite de l’efficacité électorale.

4/ Quelle pourrait être la conséquence de cette stratégie du Front National chez nous en France ?

Nous la connaissons tous : la victoire de ce même national populisme est possible en France.

5/ Plusieurs facteurs d’ailleurs pourraient faciliter la conquête du pouvoir par l’extrême droite dans la décennie à venir. Lesquels ?

Nous observons en effet :

– une abstention élevée surtout chez les progressistes de milieu urbain,

– chez nous, à gauche, un éclatement de la représentation politique : aujourd’hui l’électorat est ventilé de la façon suivante : 60% pour la droite et 40% pour la gauche. Ces 40% sont répartis entre Mélenchon, Macron et le gagnant de notre primaire ;

– une décomposition des partis politiques traditionnels : nous vivons une crise du militantisme illustrée par la difficulté d’attirer des jeunes à s’engager ;

– une efficacité trop limitée des politiques publiques ;

– une crise du récit progressiste.

6/ Qui peut faire barrage à l’extrême droite ?

Certainement pas la droite qui partage avec l’extrême droite l’obsession de l’identité et qui dans bien d’autres domaines a déjà fait débordé les digues chères aux Chirac et Séguin.

Cette même droite promet un programme ultra-libéral qui repousse les couches populaires.

Seule la gauche a la capacité de barrer le chemin à l’extrême droite car elle a toujours parlé à l’imaginaire du peuple de gauche et donc à agir aussi bien sur l’affect que sur l’intellectuel et donc concilier les cœurs et la raison. Nous avons d’ailleurs réussi durant ce quinquennat à moderniser notre appareil productif tout en préservant notre modèle social.

C’est pourquoi, en tant que Parti socialiste, nous avons une responsabilité historique de nous battre dans les prochains mois pour éviter le pire ; mais la Gauche est divisée et fragmentée.

7/ Comment allons-nous nous battre ?

– il faut alerter l’opinion de la menace nationale populiste et pointer la dangerosité de la droite passerelle.

– il faut porter un projet moderne, protecteur et innovant codifié à travers les Cahiers de la Présidentielle : 6 cahiers ont déjà été présentés : sur l’Europe et le monde, sur l’Etat social écologique, sur le renforcement et la protection de la démocratie, sur l’identité, sur l’éducation, sur l’entreprise et le travail. Un dernier cahier sera présenté par Guillaume Bachelay au lendemain des résultats de la primaire à droite.

– il faut rassembler la gauche autour de la belle alliance populaire. Je vous invite tous à venir le 3 décembre à la grande convention nationale de la Belle Alliance populaire qui sera un meeting national de la gauche contre le programme autoritaire et inégalitaire de la droite et à participer à
la primaire de la BAP qui désignera notre candidat pour la présidentielle derrière lequel on devrait se ranger.

Quand chacun de nous se serait impliqué sur ces trois action : alerter l’opinion, porter un projet et rassembler la gauche autour de la BAP, nous serons donc en situation de vaincre le national populisme.

8/ Quels sont les thèmes sur lesquelles on a déjà débattu au sein de la direction du PS ?

Je reprends rapidement quelques pistes débattues au sein de la direction du Parti socialiste :

– l’investissement dans l’éducation et la culture pour renouer avec un leadership fort et responsable ;

– la reconstruction de l’unité des valeurs et de destins de notre démocratie face aux risques du 21 ème siècle ;

– la compréhension des causes du populisme pour les traiter et les désamorcer ;

– le renouvellement de la classe politique ;

– la transparence dans notre système institutionnel ;

– et enfin la critique du programme économique du Front National qui est irréalisable si la France ne sort pas de l’Union Européenne, au mieux inefficace, fortement nuisible si on ne sort pas de l’UE et fondamentalement xénophobe.

9/ Conclusion :

Le monde et l’Europe ont les yeux rivés vers la France ;
A gauche, seul le Parti socialiste dispose d’une vocation unitaire et seule l’unité permettra de créer la dynamique populaire, rempart au national populisme.

C’est pourquoi nous portons tous ici individuellement et collectivement la responsabilité de vaincre ce national populisme.

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s