Tous unis contre les discriminations

L’année 2015 a vu une recrudescence préoccupante des actes liés au racisme et à l’antisémitisme, notamment après les attaques terroristes du 7 janvier et du 11 novembre.

Selon les chiffres publiés par la DILCRA, les actes antisémites enregistrent un niveau particulièrement élevé en 2015. On répertorie 806 actes et menaces antisémites.

Les actes anti-musulmans ont triplé en 2015 par rapport à 2014. On enregistre 429 actes et menaces anti-musulmans.

Dans ce contexte, il est important que la lutte contre les discriminations soit l’affaire de tous.

Ces agissements contribuent à affaiblir notre pacte national et ne peuvent que renforcer ceux dont la stratégie est d’appuyer sur nos fractures pour nous diviser et nous opposer afin de tenter de s’imposer.

Dans ce combat contre l’ignorance et la haine d’autrui, l’éducation est le moyen fondamental de fortifier, au sein de la jeunesse de France, l’ouverture d’esprit et l’engagement civique qui sont capables de la prémunir contre ces fléaux.

A ce titre, il convient de souligner la mobilisation à partir du 21 mars au 28 mars 2016 de la communauté éducative et pédagogique, ainsi que des associations d’éducation populaire au travers de la semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme.

Il apparaît nécessaire de redonner une impulsion nationale dans la prévention de toutes formes de discriminations et dans la défense et la promotion des Droits de l’Homme ainsi que des principes fondamentaux de la République.

Cette semaine coïncide « Avec la campagne #TousUnisContrelaHaine » dont l’objectif est pour « le gouvernement de faire prendre conscience du caractère inacceptable de cette situation ».

Il est cependant important de rappeler qu’aux côtés de la prévention, la loi est aussi un moyen de sanctionner le racisme et l’antisémitisme sous toutes leurs formes : insultes, discriminations ou violences.

Mais si la discrimination peut être brutale et violente, elle peut aussi être plus insidieuse et s’attaquer silencieusement aux droits des personnes dans des domaines tels que le logement et l’emploi.

Parce que ces actes sont à la fois contraires à la législation et aux principes fondant notre pacte social, nous devons donc agir dans le domaine public et privé, comme sur les réseaux sociaux où ils tendent à se développer afin que les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité ne décorent pas seulement le fronton de nos monuments, mais soient aussi des valeurs en acte, engageant l’ensemble de la communauté nationale.

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s