Colloque fédération de Paris sur « l’accueil des réfugiés » en Europe

A l’invitation d’Emmanuel Grégoire, Premier Secrétaire fédéral de Paris et Vincent Bocquillon, Secrétaire fédéral à L’Europe, j’ai participé, le 22 octobre , à la réunion sur l’accueil des réfugiés organisée par la fédération du Parti Socialiste de Paris et les représentants des partis sociaux-démocrates européens vivant à Paris. Etaient présents , Christine Revault D’Allonnes, députée européenne, Sabina, SPD Paris, Massimiliano Picciani, PD Paris, Flora Bolter, Labour International Paris, Anton LEIS, PSOE Paris et Antonio Oliveira, Partido Socialis Paris

Une déclaration commune a été travaillée par les membres de ces différents partis sociaux-démocrates qui ont apporté leur éclairage et présenté hier soir .

Cette rencontre a été aussi une occasion d’écouter l’intervention de Florent Gueguen, président de la FNARS, Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale.

1- Voici mon intervention :

Je suis ravie d’être ici parmi vous en tant que secrétaire nationale aux droits de l’Homme et à l’humanitaire sur un sujet qui me tient à cœur.

Nous sommes tous réunis pour une déclaration commune des socialistes européens parisiens.

J’aimerais bien commencer par vous dire que jamais dans l’histoire depuis les années 50-60 la Méditerranée n’a été en proie à de telles difficultés.

Chaque nation envisage une réponse isolée aux problèmes comme celle de la crise des réfugiés qui va durer longtemps.

Lorsque vous y ajoutez la crise économique en Europe, la menace du brexit et la crise Ukrainien ce n’est pas la 3 eme guerre mondiale mais la crise mondialisée.

Cette crise  des réfugiés est le résultat de multiples  guerres, du changement climatique et de la pauvreté.

Il serait illusoire de penser qu’il serait possible de s’attaquer à un problème sans tenir compte des autres problèmes.

La solution passerait par une approche globale et donc par la tenue d’une conférence mondiale globale sur les réfugiés comme l’avait préconisé notre 1er secrétaire pour que tous les problèmes soient mis sur la table.

Ceci a été pris en compte par le Président de la République et sera organisée courant l’année 2016.

C’est dans ce cadre qu’il serait utile d’agir à + niveaux sur le court terme et le long terme : sur le court terme, au niveau de l’Europe il faut aller plus loin avec une politique commune d’accueil de relocalisation et une politique migratoire commune. Dans le même objectif au niveau du pourtour méditerranéen il faudrait s’attaquer aux filières et aux commerces des passeurs tout en donnant les moyens financiers aux pays de 1er accueil pour affronter l’afflux des réfugiés à l’exemple du Liban, de la Turquie et de la Jordanie.

Sur le long terme, il faudrait :

  • Trouver une solution politique à la situation au Proche Orient en faisant appel à un Genève 3.
  • Appréhender le problème des dérèglements climatiques à l’origine de l’exode et le déplacement des populations (3 fois plus nombreux que les réfugiés de guerre),
  • Contenir  la pauvreté en préconisant l’investissement dans les pays d’émigration.

Si les problèmes ne sont pas traités à la racine les flux migratoires provoqueraient une radicalisation des nationales-populistes et une poussée de l’islamophobie  et au final ce sera l’explosion et le nationalisme qui dominera. (….)

J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs centres d’accueil en France où les réfugiés sont reçus dans de très bonnes conditions, J’ai commencé à travailler avec Pierre Cohen, le Président de la FNESER au sein du réseau des villes solidaires.

A coté de ces villes qui font honneur aux valeurs universelles, d’autres comme la ville de Béziers, gérée par un maire élu avec les voix du FN, tourne le dos à tout ce qui fait la grandeur de la France.

Soyons à l’offensive pour contrer la montée des égoïsmes nationaux et des populismes.

Passons d’un traitement empirique des flux à un traitement globale et inclusif avec tous les acteurs concernés et cela aussi bien sur le court terme qu’au niveau du long terme.

Maintenons le cap de la politique française et allemande pour un équilibre entre accueil et gestion des flux, entre solidarité et charité et entre valeurs de tolérance et d’ouverture européenne.

Je salue ce qu’a fait le SPD au Parlement européen avec le Président Schultz.

J’adresse également un mot d’encouragement :

  • Au Labour pour le prochain référendum (de la sortie de l’Europe) ;
  • Au PSOE pour la campagne des législatives qui s’annonce difficiles l’union avec la gauche est jouable contre Rajoy et le PPE ;
  • Au PS Portugais, après les résultats législatives, ils peuvent s’unir a gauche pour empêcher la coalition de droite de former un gouvernement ;
  • Et enfin je témoigne notre solidarité aux italiens qui ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme concernant l’accueil des réfugiés avec le problème de Vintimille ;
  • A nos amis espagnol je veux dire qu’on a pas oublié en France que ce sont les héritiers des Républicains arrivés en masse en fuyant Franco, d’ailleurs le mémorial des Rivesaltes inauguré par le PR leur a rendu hommage.

J’ai rappelé au début de mon intervention toutes les difficultés qu’affronte l’Europe. On voit qu’aux divisions apparentes des nations s’opposentnt l’Europe de l’engagement.

Et pour conclure je dirai que la protection des droits de tous les migrants, de leur sécurité et de leur dignité s’inscrit au cœur des valeurs et de l’engagement des sociaux démocrates européens.

Nous avons rdv avec l’histoire, nous devons l’assumer et l’expliquer. L’enjeu est historique et nous devons démontrer que le chemin suivi n’est pas seulement celui de la générosité mais celui de l’intérêt de l’Europe.

2- Déclaration commune des socialistes européens parisiens

ACCUEIL DES REFUGIES : OSER LA SOLIDARITE EUROPEENNE

Face à la détresse des réfugiés qui fuient les conflits du sud de la Méditerranée, il n’y a qu’une seule réponse pour l’Europe: le devoir d’accueillir. Ces femmes, ces hommes et ces enfants viennent chercher en Europe la paix et la solidarité ; l’Union européenne se doit de répondre présent. Se donner les moyens d’accueillir les réfugiés dans la dignité nous permettra de réaffirmer les valeurs d’humanité, de liberté et de solidarité qui ont toujours guidé la gauche européenne et les forces de progrès. Plus que jamais, par delà les incertitudes et les difficultés politiques, ces idéaux sont notre bien commun et doivent continuer de guider nos actes.

Notre réponse ne peut être qu’européenne. Ce n’est qu’ensemble que nous réussirons à dégager les moyens nécessaires pour répondre à l’urgence et élaborer une politique de long terme. La situation actuelle doit nous amener à faire front commun et par la même redonner tout son sens au projet européen.

Nous devons répondre à la détresse des réfugiés qui arrivent chaque jour en Europe, par une solidarité accrue. L’Union européenne doit prendre en compte des besoins très différents entre les pays qui sont aux portes de la route des réfugiés, comme la Grèce et l’Italie, les pays de « transit », comme la Croatie, la Slovénie, la Hongrie et l’Autriche, et les pays qui accueillent actuellement  le plus grand nombre des réfugiés, comme l’Allemagne et la Suède. Nous nous félicitons de l’adoption rapide des mesures d’urgence proposées par la Commission européenne pour amener chaque Etat membre à prendre sa part, même si nous regrettons que certains résistent encore. L’accueil des réfugiés est une obligation pour chaque membre de l’Union européenne. Nous appelons à renforcer rapidement les mécanismes de sauvetage en Méditerranée pour éviter de nouveaux drames humains.

Afin de répondre à l’urgence, l’Union européenne doit mobiliser rapidement des moyens financiers conséquents. Cela implique une solidarité financière entre les Etats et un effort financier de l’Union européenne pour soutenir les collectivités locales, les associations et l’ensemble des structures visant à assurer concrètement l’accueil et l’intégration, notamment dans le secteur du logement, de l’éducation, de la santé et de l’insertion professionnelle. Une coordination européenne s’impose pour assurer la construction rapide d’habitations dédiées aux réfugiés. Cet effort financier ne doit pas se faire au détriment des moyens déjà mobilisés pour aider les personnes en situation de précarité. Ces besoins exceptionnels doivent être pleinement pris en compte dans l’application des règles budgétaires du pacte de stabilité et de croissance en les excluant du calcul des déficits publics des Etats.

L’urgence actuelle doit amener l’Union européenne à se doter d’une politique migratoire cohérente et intégrée basée sur le principe de responsabilité et de solidarité. Cela passe par l’adoption d’un régime européen en matière d’asile, une gestion solidaire des frontières extérieures communes, une lutte résolue contre les réseaux de passeurs et une révision profonde du système actuel de répartition des demandeurs d’asile au sein de l’Union européenne – système de Dublin – avec la mise en place d’un mécanisme européen permanent et obligatoire d’accueil. Sur l’ensemble de ces sujets, le chacun pour soi a en effet trop longtemps prévalu et a conduit à l’inaction généralisée.

Une politique de long terme appelle également un renforcement de l’intégration en matière de politique étrangère, de défense, de coopération et de développement, afin de permettre à l’Union de peser sur la résolution des conflits qui alimentent cette crise. Nous soutenons le projet d’une conférence internationale sur les réfugiés à Paris, à l’instar de la grande conférence internationale sur le climat.

La crise économique, sociale et politique que traversent nos pays ne doit pas être un prétexte pour nous soustraire à notre devoir. Nous ne sous-estimons ni les réticences ni le difficultés auxquelles doivent faire face les Etats et les collectivités locales pour relever ce défi historique. Mais il est de notre responsabilité, nous, socialistes et démocrates européens, d’oser la solidarité face à l’extrême droite qui ne propose que la haine et le rejet de l’autre. Plus que jamais l’unité des socialistes et démocrates européens dans ce combat est nécessaire. Nous appelons nos partis à réaffirmer avec force cette ambition tant au niveau national qu’européen.

PS PARIS

SPD PARIS

LABOUR INTERNATIONAL PARIS

PD PARIS

PSOE PARIS

PARTIDO SOCIALISTA PARIS

 

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s