Congrès de Poitiers : de l’union de la gauche à l’alliance populaire, en passant par la gauche plurielle

POLITIQUE – La Motion A, portée par Jean-Christophe Cambadelis, poursuit l’histoire du socialisme français, dont la tradition est d’innover et de se renouveler.

Notre avenir, c’est donc une gauche concrète qui se réinvente sans cesse afin de répondre, à chaque époque, aux évolutions de la société de marché et aux défis qu’elle impose.

A chaque fois, sa réussite a été conditionnée par son rassemblement.

Ainsi, l’Union de la Gauche en 1972 a préparé, malgré ses aléas, l’accession de François Mitterrand à la Présidence de la République en 1981.

En 1997, Lionel Jospin est devenu Premier Ministre en s’appuyant sur « la gauche plurielle ».

Dans le milieu des années 90, notre candidat au poste de Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, qui en avait été le principal artisan, avait su prendre la mesure de la disparition du bloc communiste et son impact sur la vie politique française, en constituant une union de la gauche « la gauche plurielle » sur une base à la fois réformiste et radicale.

A un moment où les partis de gauche s’interrogent sur leur rôle et leur place, ce qui doit les rassembler c’est leur histoire, leur engagement et leur vision du monde avec une croyance commune en la possibilité de changer la société tout en s’appuyant sur les forces vives de celles-ci.

C’est le sens de « l’alliance populaire » proposée par la Motion A.

Mais ce rassemblement des gauches ne peut réussir que si elles prennent conscience qu’elles ont un adversaire commun qui représente un danger plus important que ce qui les sépare.

Cet adversaire, c’est le Front National.

Face à celui-ci, Jean-Christophe Cambadélis a fondé en 1990 le « Manifeste contre le Front national ».

A l’époque, il avait compris que la montée du FN n’était pas un épiphénomène mais que, au-delà des difficultés économiques et sociales, le Front National puisait dans des racines identitaires et prétendait bien à une prise de pouvoir, au-delà de la simple contestation polémique.

Aujourd’hui, Jean-Christophe Cambadélis est en cohérence avec son parcours politique et a pris le pari de rassembler et de renouveler le PS, pour nous permettre de relever collectivement ces défis de notre temps que sont l’union de la gauche et la lutte contre l’extrémisme.

Aussi, la victoire nette de la Motion A doit maintenant se traduire par l’élection de celui qui en a été le fédérateur: Jean-Christophe Cambadélis.

Jeudi 28 mai, votons pour redonner aux femmes et aux hommes de progrès une confiance dans l’action et vaincre le pessimisme qui paralyse!

Ainsi, une fois que Jean-Christophe Cambadélis sera élu, dépassons le Parti Socialiste et mobilisons au-delà de la gauche, ouvrons-nous à la société civile, afin d’instaurer une nouvelle forme d’engagement et d’e-militantisme pour travailler sur les sujets de préoccupation de nos concitoyens.

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s