Les visites en série de ministres français au Liban annoncent une nouvelle ère d’entente et de coopération

Le nouveau gouvernement socialiste montre un intérêt particulier pour le Liban et ses habitants avec pas moins de 4 ministres qui se sont rendus dans le pays depuis moins de cinq mois.

Un attachement qui est l’expression d’une politique nouvelle de la France au moyen-orient par rapport au gouvernement précédent. Une politique respectueuse des autres, attentive aux changements immenses que connaît la région et soucieuse de conserver les liens que l’histoire a permis de tisser entre la France et le Liban.

Cet été c’était Laurent Fabius, ministre des Affaires Étrangères qui venait au Liban lors d’une tournée dans les pays voisins de la Syrie. Alors que François Fillon et Nicolas Sarkozy tentaient, depuis leurs bureaux parisiens de s’inventer une position commune anti-Hollande sur la Syrie, le ministre était venu porter une voix forte de la France au Moyen-Orient.

“Après avoir entendu les témoignages bouleversants des personnes ici (…) quand on entend ça et je suis conscient de la force de ce que je suis en train de dire : M. Bachar al-Assad ne mériterait pas d’être sur la Terre” avait notamment déclaré Laurent Fabius. Le ministre avait aussi pris à bras le corps le problème des réfugiés syriens, en Jordanie avec l’installation d’un hôpital militaire et en Turquie et au Liban avec la visite, inédite pour un ministre des affaires étrangères, des camps de réfugiés à la frontière. Laurent Fabius avait notamment rappelé qu’aucune intervention de la France ne pourrait se faire sans l’aval de l’ONU mais que la France était néanmoins prête à aider sur le problème très concret des réfugiés.

Laurent Fabius avait aussi, au passage, réparé les relations Franco-Turques, Affaiblis par les déclarations de Sarkozy et son refus de la Turquie en Europe qui jouait sur la peur de l’Islam pour des raisons électoralistes. La Turquie demeure un allié indispensable dans la recherche d’une solution.

Laurent Fabius confirmait ainsi une politique étrangère dela France recentrée sur la compréhension des pays arabes, lacollaboration et l’entretien des liens tissés au fil de l’histoire et une très grande écoute et attachement au Liban. C’était en effet le deuxième déplacement au pays du Cèdre de Laurent Fabius en moins de 7 mois. Le ministre des affaires étrangères avait aussi fait le choix de Denis Pietton, ancien ambassadeur de la France au Liban et fin connaisseur de la région comme chef de son cabinet.

A la mi-septembre c’était Mr Jean-Yves le Drian qui se rendait au pays du Cèdre, répondant à l’invitation du président Libanains Michel Sleiman. Lors de la conférence de presse le ministre le Diran a assuré que la France assurerait pleinement sa mission de coopération et d’aide à l’armée Libanaise et a rappelé que la France ‎entend être un partenaire privilégié de la modernisation des Forces armées libanaises et du ‎renforcement de leurs capacités sur l’ensemble du territoire, au service du renforcement de ‎l’Etat libanais.

Le ministre de la Défense Français s’est rendu pour visiter la FINUL à son quartier général de Naqoura où il s’est entretenu avec le Général Paolo Serra. L’occasion de réaffirme le soutien et l’engagement de la France dans la FINUL, sérieusement mise à mal par le gouvernement Sarkozy. L’ancien président avait en effet, après avoir retiré le contingent de chars Leclerc à la FINUL, annoncé sèchement par écrit au président Sleiman que la France pourrait se retirer de la FINUL après l’attentat qui avait blessé trois militaires Français en juillet 2011. Quelques mois le gouvernement de Nicolas Sarkozy faisait le choix de retirer 400 militaires français de la FINUL.

En octobre, c’était le ministre délégué chargé du développement, Mr Pascal Canfin qui venait assurer l’engagement de la France aux Assises de la coopération décentralisée franco- libanaise qui se sont déroulées sous le patronage et en présence du Premier ministre, Najib Mikati les 1er et 2 octobre. Lors de son déplacement le Ministre a inauguré le lancement de la réhabilitation de la Maison Jaune destinée à devenir Beit Beirut, un projet qui acceuillera le nouveau musée et le centre culturel urbain de la ville de Beyrouth.

Le ministre français s’est dit honoré de soutenir une telle initiative, affirmant souhaiter s’investir dans d’autres projets proposés par la ville de Beyrouth tels que l’installation d’un réseau de transports publics ou l’assainissement de l’eau.

Il faut aussi ajouter à cette liste Yamina Benguigui, ministre déléguée à la francophonie, et qui en juin dernier se déplacait aux obsèques de Ghassan Tueni, le poête libanais disparu et qui reviendra ce mois d’octobre lors du Salon du Livre francophone (26 octobre au 4 novembre).

En moins de cinq mois, ce n’est pas moins de 4 ministres dont deux des plus importants de la république qui ont fait le déplacement au Liban, en rappelant les liens qui unissent les deux pays, leur engagement sur les dossiers de défense, de diplomatie, de développement ainsi que le soutien de la république aux français résidents au Liban.

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article, publié dans Laurent Fabius, Yamina Benguigui, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s