L’extrême droite face à la révolution arabe

Les dernières semaines ont été l’occasion d’un déchaînement médiatique mais aussi d’un début de réflexion sur « l’hiver islamiste » qu’on nous dit arriver à la suite du « printemps arabe » Plutôt que de se concentrer sur les réactions du monde musulman et de l’immonde film « l’innocence de l’Islam » ou sur les caricatures de Charlie Hebdo, il convient d’analyser et de réfléchir sur les milieux fascistes et antisémites qui ont produit ce film, et, plus généralement sur le cancer de l’extrême droite dans nos sociétés et leur aversion de la révolution que connaît le monde arabe.

Nous constatons qu’aujourd’hui la barrière censée séparer l’ « Occident démocratique » de « l’Orient musulman » est sérieusement remise en cause par la révolution. Or, cette barrière est essentielle à l’extrême-droite qui, depuis le 11 septembre, se reconstruit et se structure presque exclusivement sur le discours islamophobe.

Ainsi, la révolution arabe a affaibli l’idéologie de l’extrême-droite. Les images de manifestants pacifiques réclamant par millions le droit à la liberté et à la démocratie ont révélé l’étendue de ses mensonges. Mensonges sur l’arabe incompatible et hostile à la démocratie. Mensonges sur les hordes musulmanes qui voulaient nous envahir malgré les frontières nationales. Il s’avère, en fait qu’ils veulent rester chez eux et mettre fin à la corruption et à l’injustice économique et sociale. Mensonges enfin sur ces peuples voulant islamiser de manière prosélyte quand la réalité révèle qu’ils veulent simplement démocratiser chez eux. Par la révolution, le peuple parle au peuple ; ceux qui veulent une différence raciale ou religieuse entre le blanc et l’arabe, entre le chrétien et le musulman, ne peuvent le tolérer.

La droite a donc besoin d’entretenir une vision négative de la Révolution arabe, que le citoyen français ne doit surtout pas cautionner. Ces derniers mois, l’offensive générale d’une extreme droite ayant besoin que la révolution arabe échoue, que l’on n’y voie que l’avènement de « l’hiver islamiste », que les images de haine remplacent celles de la place Tahrir et que le terrorisme revienne à la une des médias sert ses intérets de classe en pratiquant la politique du pire et faisant le lit de supposés régimes autoritaires futurs.

Cette vague va des aventuriers politiques créateurs de troubles artificiels appelant au rétablissement de l’ordre et l’utilisant comme moyen pour lui faire dépasser son but et établir un ordre nouveau privateur de libertés, jusqu’aux auteurs de l’« Innocence of Islam » appartenant à l’extrême droite copte dont l’ambition était d’avoir des images d’une poignée d’enragés brûlant des drapeaux américains pour remplacer les images de la place Tahrir.

Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi l’extrême droite est en train de sceller une alliance de circonstance avec les dictateurs qui luttent contre la révolution. Marine le Pen saisit l’occasion pour rappeler combien les choses étaient selon elle mieux gérées sous Kadhafi et Bachar al Assad, pendant que Frédéric Chatillon, proche d’elle, assure le service après vente du génocidaire syrien par le biais de son site « infosyrie.fr ». Richard Millet, qui s’est permis de faire l’apologie d’Anders Behring Breivik, avait auparavant fait celle de Bachar al Assad. Le dictateur génocidaire syrien a aussi les faveurs de Morris Sadek, ce copte d’extrême droite qui a traduit en arabe la vidéo Innocence of Islam et a assuré sa diffusion dans les média égyptiens.

L’ampleur des réactions à l’immonde vidéo « innocence of islam » fut dérisoire comparée aux foules réclamant la liberté. Pire, la Libye, censée être le symbole de la montée des groupes islamistes a vu déferler des centaines de citoyens qui ont purement et simplement chassé les milices djihadistes de la ville ! Ce nouvel échec de l’extrême droite, désaveu cinglant de toutes ces prédictions ne manquera pas de rendre les fous encore plus fous. Leurs espoirs de haine déçus, il est à craindre qu’ils cherchent à monter d’un cran dans la violence, verbale ou même physique : Richard Millet n’est pas le seul de sa mouvance à associer la défense du génocidaire Bachar al Assad à la glorification du terroriste Breivik.

Toute révolution déchaîne aussi contre elle, des forces anti-révolutionnaires virulentes et dangereuses. Ce sont ces forces-là qu’essaye aujourd’hui de mobiliser l’extrême-droite qui a besoin de l’arrivée de « l’hiver islamiste » pour la survie de son idéologie islamophobe. Il ne faut pas se tromper d’ennemi, c’est bien contre ces forces et ces courants qu’il convient de mobiliser nos énergies. Vincent Peillon, pour qui Marine le Pen est la première des intégristes et Anne Hidalgo qui rappelle avec raison les racines collaborationnistes de l’extrême-droite française, ne s’y sont pas trompés. Nous nous joignons à eux pour dénoncer ce courant qui semble prêt à tout pour faire échouer la révolution arabe et assurer la survie des dictateurs.

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article, publié dans Article, Rita Maalouf, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s