Législatives: Le vote par internet pose problème

130.000 Français installés à l’étranger ont voté en ligne. Seulement, un informaticien démontre que le système est tout sauf sécurisé

Le Nouvel Observateur

Par Boris Manenti 

Les élections législatives servent de test. Pour la première fois, la France opte pour le vote par internet. Cette modalité de vote complémentaire (en plus du vote à l’urne, par procuration ou par correspondance) est, pour l’instant, réservée aux Français établis à l’étranger.

Près de 130.000 électeurs ont voté en ligne pour le premier tour, selon le ministère des Affaires étrangères. « Les conditions constitutionnelles exigées pour tout scrutin politique ont été respectées : secret du vote, sincérité du suffrage et accessibilité du scrutin. Il en a été de même au plan technique », affirme le Quai d’Orsay.

Néanmoins, de nombreux doutes subsistent. Le Parti pirate a émis des réserves sur la sécurité informatique du scrutin. « La fiabilité repose sur la parole des prestataires, techniciens venant d’entreprises privées », souligne la « pirate » Mathilde Cameirao, qui déplore « l’abandon du contrôle démocratique à des sociétés privées ». De plus, les « pirates » affirment avoir « constaté des défauts de sécurité importants : l’ouverture de l’urne a eu lieu avec des outils informatiques dont l’intégrité n’est pas garantie [et] les clefs électroniques [pour ouvrir l’urne] ont pu être dupliquées par toute personne ayant accès aux ordinateurs ayant permis leur génération. »

Pire, Laurent Grégoire, informaticien et électeur dans la circonscription du Bénélux, a publié une vidéo où il montre comment avec un code informatique, il peut connaître le vote d’une personne, voire même le modifier.

« Pour voter, le ministère des Affaires étrangères propose d’installer un programme Java qui se lance sur l’ordinateur de l’électeur », explique-t-il au « Nouvel Observateur ». « Or, dans ce logiciel censé être sécurisé, il est possible d’injecter un code malveillant via un virus. J’ai essayé sur ma propre machine et je me suis aperçu qu’avec un simple code il est possible de savoir pour qui je vote, voire même de modifier ce vote juste avant validation au profit d’un autre candidat », raconte-t-il.

L’éventualité d’un virus présent sur les machines des Français à l’étranger qui modifie le vote n’est donc pas à exclure. Pas de bourrage d’urne virtuel en perspective, mais plutôt l’hypothèse d’une fraude massive en changeant les votes de nombreux électeurs. De quoi remettre en cause la sincérité du vote.

Pas du tout, rétorque le ministère des Affaires étrangères. Interrogé sur la prestation de Laurent Grégoire, le Quai d’Orsay affirme que « les questions techniques de sécurité ont été analysées [et] à ce stade, aucune n’est de nature à remettre en cause le respect des exigences constitutionnelles du scrutin ».

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article, publié dans Rita Maalouf, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s