Resumé de la Visite de Monsieur Jean Yves Leconte au Liban

Visite de Monsieur Jean Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France et de Jean Daniel Chaoui, conseiller élu représentant les Français de l’Océan Indien et candidat aux élections législatives dans la 10ème circonscription des Français de l’étranger

 

A l’occasion de la visite de Jean Yves Leconte, Sénateur PS des Français de l’étranger, et de Jean Daniel Chaoui, candidat du Parti Socialiste aux élections législatives dans la 10e circonscription des Français de l’étranger, ces derniers ont participé à une réunion avec les services consulaires et ont assuré une permanence avec les Français du Liban. S’en est suivi d’un entretien avec le Président de la République libanaise, le Général Michel Sleiman ainsi qu’avec le Premier ministre, M. Nagib Mikati.

 

La section du Parti Socialiste Français au Liban a organisé lundi 12 mars 2012 à l’Hôtel Sofitel-Le Gabriel d’Achrafieh une rencontre avec la communauté française. M. Leconte a exposé le projet électoral de François Hollande et du Parti Socialiste. Il a précisé que son parti envisageait de réformer les institutions de la Ve République en cas de victoire à l’élection présidentielle. « Il s’agira d’une réaffirmation des valeurs et des principes de la République et de la démocratie représentative », a-t-il expliqué. Il a ajouté « qu’il  ne s’agit pas de choisir une personne mais une méthode, de choisir quelqu’un qui sera capable pendant cinq ans d’animer le redressement du pays, et de choisir avec lui une majorité politique qui soit capable d’apporter le changement »

 

M. Chaoui a par ailleurs qualifié ce qui se déroule en Syrie comme « totalement horrible et insupportable ». Rappelant que le président syrien Bachar el Assad a été reçu à Paris il y a un an et demi par le Président Sarkozy, il a réaffirmé que le Parti Socialiste « a été toujours constant pour condamner le régime d’Assad ». Le candidat a aussi exprimé son attachement à la stabilité du  Liban, souhaitant que « le conflit israélo-palestinien soit abordé de façon plus équilibrée ». Il a conclu en considérant  que « le projet de l’Iran d’acquisition de l’arme nucléaire met très gravement en danger l’équilibre stratégique actuel dans le Golfe Persique ».

 

Le mardi 13 mars 2012, Jean-Yves Leconte, sénateur des Français établis hors de France a donné une conférence à la Faculté de Gestion et de Sciences Commerciales de l’Université du Saint-Esprit de Kaslik sur le thème des relations entre l’Europe et la Méditerranée. M. Leconte était accompagné de Rita Maalouf, Première secrétaire de la section du Parti Socialiste Français au Liban et suppléante de Jean-Daniel Chaoui, candidat du Parti Socialiste aux élections législatives dans la 10e circonscription des Français de l’étranger. Il a été accueilli sur place par le Doyen de la Faculté, le Pr Nehme Azouri, ainsi que par le Pr Naim Ouaini. M. Leconte a tout d’abord exposé la situation actuelle de l’Europe à travers deux thèmes majeurs : la crise que traverse aujourd’hui l’Union Européenne ainsi que les profonds changements survenus dans la région de la Méditerranée grâce au printemps arabe. Concernant l’immigration en France, M. Leconte a insisté sur le fait que, lorsque qu’une personne décide d’immigrer c’est parce qu’elle pense que son avenir personnel est ailleurs. C’est une décision individuelle qui n’engage pas les Etats. La régulation des flux migratoires n’est pas donc exclusivement le fruit de relations d’Etat à Etat, mais d’abord de la responsabilité des Etats vis-à-vis de leurs propres citoyens et de leur avenir. Il a regretté les réactions de crispation du gouvernement français vis-à-vis de l’immigration tunisienne après la révolution dans ce pays. Réactions qui ont totalement occulté l’espoir porté par cette révolution.

 

M. Leconte a par ailleurs dénoncé la circulaire Guéant, qui limite désormais l’accès des étudiants étrangers à un premier emploi en France. Et il a rappellé la position de François Hollande sur l’éducation  « Je prendrai aussi les mesures nécessaires pour permettre aux Français de l’étranger, quels que soient leurs revenus, de suivre un enseignement français dans leur pays de résidence ».

 

La journée a été également rythmée par une rencontre avec Amine Gemayel et une réunion avec le Proviseur du Collège Protestant et le proviseur du Lycée Français avant de s’achever par l’ouverture du Festival du conte et du monodrame au théâtre Monnot dans le cadre du mois de la francophonie au Liban. M. Leconte a soutenu la proposition : « Nous devons stimuler les échanges entre les deux pays dans tous les domaines et plus particulièrement avec les étudiants libanais ».

 

Jean-Yves Leconte s’est rendu à Tripoli mercredi 14 mars 2012 en compagnie de Jean-Daniel Chaoui, candidat du Parti socialiste pour la 10e circonscription aux élections législatives des Français de l’étranger. Ces derniers étaient accompagnés de Rita Maalouf, suppléante de Jean Daniel Chaoui et également première secrétaire de la section du Parti socialiste français au Liban.

 

Ils ont rendu visite à plusieurs familles de réfugiés syriens, ainsi qu’à des blessés syriens soignés à l’Hôpital public de Tripoli. MM. Leconte et Chaoui et Mme Maalouf ont ensuite rencontré des militants du Comité d’organisation des réfugiés syriens qui ont demandé à la France de maintenir son appui à leur révolution. Le Sénateur a tout d’abord indiqué que si François Hollande était élu, son soutien de la première heure à la révolution syrienne ne faiblirait pas et qu’il avait de tout temps avec le Parti Socialiste condamné le régime de Bachar El-Assad. « Le PS prend aussi l’engagement de négocier avec tous les partenaires de bonne volonté pour œuvrer à la chute du régime syrien et au jugement pour crimes contre l’humanité de ses autorités politiques», a-t-il indiqué.

 

Commentant la décision de la France de retirer 400 soldats du contingent français de la FINUL et les propos de M. Alain Juppé sur la menace de la Syrie au Liban, M. Leconte a tenu à souligner « le caractère contradictoire » de ces deux informations qui « brouillent le message du gouvernement français dans ce contexte particulier ou les priorités de la diplomatie internationale devraient être l’assistance aux victimes du régime sanguinaire de Bachar El Assad qui cherchent à se réfugier dans les pays riverains de la Syrie et la chute de cette dictature ».

« Annoncer à ce moment un tel retrait, n’est-ce pas donner du relief à la rumeur selon laquelle le régime syrien menacerait de porter à l’étranger la terreur qu’il développe contre sa population ? N’est-ce pas reconnaître la crainte de voir nos soldats exposés à des représailles alors que leur présence est justement destinée à rassurer les populations -dont nos binationaux- et renforcer les capacités de réaction de l’armée libanaise ? », s’est-il demandé.

 

Mme Maalouf a apporté des précisions sur la position du Parti socialiste à ce sujet. « Comme l’a annoncé Laurent Fabius lors de son passage au Liban en février dernier, Le PS réaffirme que le contingent français de la FINUL sera maintenu en cas de victoire de François Hollande ».

 

Jean Yves Leconte, Jean Daniel Chaoui et Rita Maalouf ont également rencontré M. Walid Joumblatt et ont animé une rencontre avec la communauté française de Tripoli le même jour.

Publicités

A propos ritamps

Secrétaire Nationale Chargée du pôle production et répartition des richesses
Cet article, publié dans Archive, Archives - Communiqués de Presse, Jean Daniel Chaoui, Jean-Yves Leconte, Rencontre, Rita Maalouf, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s